Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Ressources de 6eme anneé(arabe , francais et anglais)

Ressources de 6eme anneé(arabe , francais et anglais)

Un coin de de repos , de détente et de taches quotidiennes à mes jolis coucous de 6eme année de l'école des Elites .J'éspère que les élèves ainsi que leurs parents retrouveront dans ce humble coin ce qui assouvit leur soif et rassasie leur faim et satisfait leur désir au savoir;

Partager cette page

Repost 0

textes descriptifs

essayed — texte descriptifs

Textes descriptifs
TEXTE 1
Tante Eponge était petite et ronde, ronde comme un ballon. Elle avait de petits yeux de cochon, une bouche en trou de serrure et une de
ces grosses figures blanches et flasques qui ont l’air d’être bouillies. Elle ressemblait à un énorme chou blanc cuit à l’eau. Tante Piquette, au
contraire, était longue, maigre et ossue, elle portait des lunettes à monture d’acier fixées au bout de son nez avec une pince à linge. Sa voix
était stridente et ses lèvres minces et mouillées.
Mazel était jeune, grand, mince. Il avait les joues roses et les cheveux couleur de sable. Vêtu d’une jaquette verte, de culottes de cheval
rouges, il portait un chapeau orné d’une plume. A ses hautes bottes étaient fixés des éperons d’argent. Mazel marchait rarement. En général, il
circulait sur son cheval qui était aussi un esprit.
Shimazel boitait à côté de lui, s’aidant d’une canne de bois noueuse. C’était un vieil homme au visage grisâtre avec des yeux méchants sous
des sourcils broussailleux. Il avait le nez bourgeonnant et rouge à force d’avoir trop bu. Sa barbe était grise comme une toile d’araignée. Il était
vêtu d’une longue redingote noire et portait sur la tête un bonnet pointu.
C’était un petit homme tout à fait chauve, avec un crâne énorme, des yeux sombres et enflammés, des joues pâles et une longue barbe
d’un noir bleu.
Son costume, comme son air, était étrange. Il portait une longue redingote de drap vert olive qui était devenue jaune sur les épaules et sur
le dos, et dont les pans lui tombaient aux pieds. Et il était coiffé du plus haut chapeau haut de forme qu’on ait jamais vu, tout cassé, tout
luisant, prodigieux monument de misère et de vanité. Non ! les affaires n’allaient pas

Partager cette page

Repost 0